Discours d’une lycéenne sur Jean Zay

Posted on Posted in Cérémonie, Discours

Laurène COWET parle de Jean ZAY,  dimanche 21 juin 2009, au cimetière d’Orléans.

 

En tant qu’étudiante au lycée Jean Zay d’Orléans, ce nom fait partie de mon quotidien.

Plus qu’un nom, Jean Zay est avant tout un modèle.

D’abord, un modèle de courage, pour avoir démissionné de ses fonctions de ministre de l’éducation et s’être engagé dans une unité combattante, volontaire pour chaque mission.

Pour avoir participé activement à la résistance et pour avoir été déporté puis incarcéré selon la volonté de ce que l’on appelle « justice ».

Justice qu’il a malgré tout respectée jusqu’au bout en refusant une évasion pourtant rendue possible.

Un modèle de réussite aussi, pour être devenu successivement journaliste, avocat éloquent et reconnu, jeune député français et ministre de l’éducation avant l’âge de 32 ans.

Poste auquel il est restera pendant plus de 40 mois, sous 5 gouvernements : miracle à l’époque de l’instabilité ministérielle.

Une ascension acquise par la seule force de ses convictions.

Une carrière trop courte qui pourtant a apporté beaucoup à l’éducation et à la culture française.

Combattant l’élitisme, permettant la multiplication des établissements scolaires, prônant l’éducation physique et les sorties culturelles, Jean Zay est un des piliers de l’école d’aujourd’hui.

Créateur de l’ENA et du CNRS, il est aussi le fondateur du Festival de Cannes : évènement médiatique attendu de renommée internationale et illustration prestigieuse de la culture française. Pourtant, trop peu savent encore à qui ils le doivent.

Bien qu’élément indispensable dans l’épopée de la république française, Jean Zay a pendant trop longtemps fait partie de ces oubliés de l’histoire.

Si l’on connaît le fruit de son action, son nom n’y est que trop rarement associé et ce n’est que depuis quelques années qu’il commence à ressurgir dans le mémoire collective.

C’est pourquoi c’est pour moi un honneur mais aussi une consolation de rappeler aujourd’hui sa mémoire.

 

Jean Zay : un héros de l’histoire. Un héros juif, laïque, franc-maçon et Républicain ayant surpassé chaque épreuve avec courage et honneur.

Un héros fidèle à ses convictions les plus profondes, auteur d’une œuvre immense réalisée en un temps minime.

Un héros à la fin tragique, injuste.

Comme tous les héros.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *