Lucie AUBRAC parle de Jean ZAY

Posted on Posted in Articles, Ecrits sur Jean Zay

«  Lucie AUBRAC qui, à vélo, participa à la campagne électorale de Jean ZAY en 1936 dans l’Orléanais… »

Cette phrase du Livre d’Élisabeth GUIGOU  » Être femme en politique  » m’a intrigué et j’ai voulu en savoir plus. Aussi suis‑je entré en relation avec Madame Lucie AUBRAC.

En dépit d’un agenda chargé ‑ car elle est une retraitée active, qui tout au long de l’année scolaire parcourt la France pour entretenir, à l’intention des lycéens, la mémoire de la Résistance et la flamme de l’esprit qui l’anima Lucie AUBRAC a pu me recevoir en compagnie de ma petite‑fille Sophie, témoin privilégié, dans son appartement parisien pour  » parler de Jean ZAY « .

Le texte suivant est essentiellement la transcription de ce qu’elle a dit. S’y mêlent quelques extraits de l’ouvrage qu’elle a publié l’an dernier,  » Cette exigeante liberté « , extraits choisis parce qu’ils se rapportent au sujet et qu’ils complètent ou éclairent les propos recueillis.

Ce texte a été relu par Lucie AUBRAC, qui nous autorise à le publier pour le compte du Cercle Jean ZAY. Nous l’en remercions vivement.

Michel LESSEUR- Juin 1998 (président du Cercle Jean ZAY jusqu’en 2003).

« J’ai gardé de Jean ZAY et de l’époque du Front Populaire des souvenirs très forts. Cela correspond à des expériences qui ont été marquantes pour moi lorsque, jeune adulte, s’exprimait mon besoin de vie militante et débutait ma carrière professionnelle ».

AU  TEMPS  DES  ÉTUDES : LES ANNÉES TRENTE

J’ai fait des études supérieures tardives et j’étais étudiante au moment où le Front populaire se constituait.

Je suis originaire d’une famille modeste et mes parents me destinaient à être institutrice. J’ai donc quitté ma Bourgogne natale pour me présenter au concours de l’École Normale d’Institutrices de Paris, boulevard des Batignolles. Quoique reçue, par goût de mon indépendance, je n’y suis pas entrée.

J’ai cependant poursuivi mes études, à Paris même, tout en travaillant au début dans un restaurant. J’y ai consacré une telle énergie que, de 1932 à 1938, entre vingt et vingt‑six ans, j’ai pu passer les deux parties du baccalauréat, réussir la licence d’histoire, et être admise au concours de l’agrégation.

Parallèlement à ces études, s’affirmait ma passion pour l’enseignement et pour la pédagogie active. J’eus l’occasion de surveiller la cantine dans des écoles maternelles, puis d’y effectuer des suppléances, pour enfin intégrer l’enseignement secondaire au titre d’une délégation ministérielle en 1938. Après plusieurs mois de remplacement en lycée, j’obtins à la rentrée d’octobre, en tant qu’agrégée, un poste de titulaire.

J’ai vécu ces années trente de façon studieuse, certes, mais en m’intéressant passionnément aux évènements qui les marquèrent : le péril fasciste, la montée du Front Populaire et son arrivée au pouvoir, la guerre d’Espagne, le nazisme, l’anti‑sémitisme…

C’est donc dans cette période, au printemps 1936, que j’ai connu Jean ZAY.

UNE  CONFÉRENCE  AU CERCLE  INTERNATIONAL  DE  JEUNESSE : FORTE IMPRESSION

Je fréquentais simultanément deux milieux très différents, pour satisfaire à la fois mon goût de l’action et mon besoin de relations sociales.

D’une part, je militais aux Jeunesses Communistes, où mon activité consistait alors,  » sur le terrain « , à vendre le journal et à distribuer des tracts, mais aussi à participer aux bagarres de rue contre les tenants de l’Action Française dans le Quartier Latin.

D’autre part, je m’étais fait des amis au Cercle international de jeunesse animé par les Quakers, où j’étais hébergée. Ce cercle servait notamment de lieu d’accueil aux étudiants étrangers.,

Le mouvement des Quakers, né en Angleterre au 17ème siècle et qui a essaimé en Amérique, est de tradition protestante mais en dehors de toute organisation cléricale. I1 cultive les principes de la solidarité et du pacifisme : c’est ce qui m’a plu. J’ai aimé y rencontrer des jeunes venus d’autres pays, dont de nombreux Juifs, issus d’un autre milieu social que le mien. A travers eux, je fréquentais une bourgeoisie à laquelle la société française, avec ses barrières de classe, ne me donnait pas accès. Et il y avait l’attrait d’un certain brassage culturel.

Un mercredi soir du début de 1936, le Cercle invita un jeune député, radical de gauche, à faire devant lui un exposé sur la situation politique, Jean ZAY, que j’ai donc approché pour la première fois. Nous savions qu’il avait fortement contribué à l’union des forces populaires face à l’agitation des ligues d’extrême‑droite. I1 parla de défense de la République, mais aussi de justice et de progrès social. I1 évoqua les dangers que le régime hitlérien faisait courir à la paix, à l’équilibre en Europe. Et avec quelle éloquence !

Mes amis et moi n’avions jamais eu un tel contact avec un homme politique d’envergure, de plus jeune, cultivé, séduisant. Jean ZAY n’était pas socialiste au sens strict du mot, mais il apparaissait comme porteur de l’idéal socialiste, à la JAURES, comme un humaniste.

Tout cela produisit une forte impression. Le Cercle s’est  » emballé  » pour cet homme à la parole convaincante. Et c’est ainsi que la campagne des élections législatives de 1936 m’amena dans le Loiret aux côtés de Jean ZAY.

1936  DANS  L’ORLÉANAIS : SUR  LES  LIEUX  DE  LA VIE  CITOYENNE

Plusieurs équipes se mirent au service de sa campagne dans la première circonscription du Loiret. J’étais, quant à moi, associée à un camarade du Cercle, Jean TRAIN, futur agrégé de Russe. Pendant trois semaines, nous avons sillonné les routes de l’Orléanais. Nous partions sur nos vélos à sacoches en début d’après‑midi, pour coller des affiches annonçant la venue prochaine du candidat et pour nous rendre aux réunions dans les villages… Chécy, Cléry St André, Olivet.;.je ne me, souviens pas très bien des noms… La Ferté Saint Aubin aussi je crois… C’est plat dans la région et nous avions de bons jarrets pour pédaler.

I1 y avait alors dans les campagnes deux lieux cruciaux et symboliques de la vie républicaine, de la vie citoyenne, avec chacun sa fonction, en période électorale : le bistrot et le préau d’école.

Dans chaque village, un bistrot ‑ on dirait aujourd’hui un café ‑ servait de permanence électorale au Front Populaire. Là se retrouvaient ses partisans et se tenait souvent le responsable local. On appelait cela  » la permanence « .

Au bistrot donc, en fin d’après‑midi, venaient les convaincus, qui en profitaient pour côtoyer leur grand homme, pour se conforter, et naturellement pour  » boire un coup avec le candidat « , comme on disait familièrement. I1 est vrai que  » le coup « , Jean ZAY nous laissait souvent, à Jean TRAIN et à moi, le soin de l’assumer. Car il était très réticent quant au vin, déclarant volontiers :  » Si c’est du Montlouis, pour moi, ça va. Du reste, je n’en veux pas « . I1 avait ainsi une sorte de coquetterie.

Je me rappelle bien l’ambiance de ces rencontres, très gaie. Je dois dire aussi que Jean ZAY était simple, mais un peu distant avec les gens. I1 ne leur tapait pas sur le ventre. I1 montrait toujours une certaine distinction.

Ensuite, les participants au bistrot ‑huit, douze, quinze selon l’importance de la localité ‑ se rendaient en compagnie de Jean ZAY sous le préau de l’école quand les enfants étaient partis. Mon camarade et moi les avions précédés pour installer les bancs et une table. Là venaient évidemment un bien plus grand nombre de personnes, pour écouter le candidat et lui poser des questions.

Il n’y avait que des hommes et cela ne me frappait pas. Je n’étais même pas consciente de ne pas avoir le droit de vote. C’est curieux quand j’y pense maintenant : je ne me souviens pas d’avoir eu la sensation qu’il me manquait quelque chose. J’avais déjà un tempérament de militante et peut‑être étais‑je plus sensibilisée aux inégalités sociales qu’aux droits civiques des femmes ? ‘ ,

Jean ZAY était dans ces réunions un orateur extraordinaire, qui savait s’adapter à son auditoire. S’agissant d’un radical‑socialiste, il n’avait pas comme tant d’autres que nous soutenions un passé Troisième République. Lui était plein de fièvre et d’ardeur, en outre nouveau, donc apprécié. Cela lui a permis d’être élu facilement au premier tour, le 26 avril 1936.

Nous l’avons beaucoup vu à ce moment‑là, pendant la durée de la campagne, et avons beaucoup parlé avec lui. Son ambition, dont il ne se cachait pas, était de devenir ministre de l’Education nationale. I1 y avait bien autre chose qui le tentait, mais il pensait qu’en raison de son âge il n’y arriverait pas avant longtemps : les Affaires étrangères. C’est dire si, début juin, lorsque fut connue la formation du gouvernement, j’appréciais le choix que, pour Jean ZAY, Léon BLUM avait fait.

LES LOISIRS  DIRIGÉS :  UNE IDÉE  RÉVOLUTIONNAIRE  EN  1938

Ma seconde expérience des années Jean ZAY est d’ordre professionnel. Je faisais des remplacements dans l’enseignement secondaire, et ce fut une chance pour moi d’avoir à appliquer la réforme des loisirs dirigés qu’il lança alors.

Dès mon entrée dans le monde de l’enseignement, j’ai eu le souci de dialoguer avec les élèves et de m’ouvrir aux méthodes nouvelles. Mon goût pour les sorties scolaires fut favorisé par une mesure que Jean ZAY mit en place au début de l’année scolaire 1937‑38 : avec l’introduction des « activités dirigées » dans l’enseignement primaire celle des

« loisirs dirigés » dans le secondaire. Il s’agissait, par cette action, de faire sortir les jeunes des établissements scolaires pour accroître leur connaissance de l’environnement sous ses multiples aspects.

Je fus affectée au Lycée d’Amiens en janvier 1938 pour un remplacement de plusieurs mois. On me proposa d’assurer, hors les heures de cours, les loisirs dirigés des, élèves, et j’acceptai. Visiter la cathédrale d’Amiens, faire découvrir le maraîchage sur l’eau, arpenter les falaises de Caux ou pénétrer le fonctionnement d’une gendarmerie …telles furent, avec des élèves de différents niveaux, mes activités du samedi après‑midi. J’adorais cela.

J’eus à la fin de l’année un rapport à faire, et j’exprimai naturellement mon vif intérêt pour cette approche nouvelle de la pédagogie. Comme à tous les collègues dans ce cas, on m’a octroyé deux heures d’allègement de mon horaire hebdomadaire. Cet avantage acquis ne m’a jamais quittée. Pendant l’Occupation, je pouvais donc dire à mes camarades de la Résistance :  » J’ai de la chance, grâce à Jean ZAY, car je dispose d’un peu plus de temps pour ma vie familiale et pour l’action clandestine « .

Cette idée de sortir les élèves du cadre scolaire en les intéressant à la vie au dehors par des visites adaptées à leur âge, il faut dire que jamais aucun ministre ne l’avait eue avant Jean ZAY. C’était une idée assez révolutionnaire !

Nous l’avons reprise dans le programme du C.N.R., le Conseil National de la Résistance, dans le but de développer la personnalité de l’enfant en activant ses facultés de curiosité et d’imagination, parce que cela contribue à la formation de l’adulte et du citoyen. Des initiatives diverses ont, depuis lors, concrétisé ces principes.

ILS  L’ONT TUÉ ! UN  AVENIR  PROMETTEUR  BRISÉ

Pendant l’Occupation, nous savions bien sûr ce qu’il était advenu à Jean ZAY: le piège du Massilia, l’infâme procès, l’emprisonnement à Riom. Le gouvernement de Vichy, par haine de la République, se vengeait sur des hommes comme lui et MANDEL. I1 est un fait que PETAIN et LAVAL n’ont pas levé le petit doigt pour leur épargner un fin tragique. Comme ils n’ont pas levé le petit doigt, malgré des interventions pressantes, pour sauver un homme qui fut mon collègue et ami à Amiens, puis à Strasbourg : le philosophe Jean CAVAILLES. Arrêté en août 1943, celui‑ci allait être fusillé en janvier 1944.

Je ne pourrai oublier ce jour d’automne 1944 où Madame Jean ZAY nous annonça, en tenant ses deux petites filles par la main :  » Ils l’ont tué !  »

La sinistre vérité sur le sort de Jean ZAY n’a été connue dans le détail qu’en 1946, mais son épouse, qui n’avait aucune nouvelle depuis des mois, et à qui des informations incohérentes avaient été données par Vichy, pouvait en effet craindre le pire.

Madame Jean ZAY était une femme jolie et agréable. Je me rappelle être allée chez elle à Orléans après la guerre, dans la maison qu’elle habitait près du pont. I1 y avait de beaux meubles et beaucoup de coussins.

Evoquer le souvenir de Jean ZAY, c’est pour moi évoquer toute une tranche de ma vie, qu’il a marquée. J’ai connu, grâce à lui, ma première forme d’action politique. I1 m’a procuré l’une de mes grandes satisfactions d’enseignante.

Il avait l’enthousiasme communicatif, ce qui était une qualité essentielle pour l’homme politique et pour le ministre qu’il voulait être en sortant des sentiers battus.

Combien de fois ai‑je dit, et entendu dire, que Jean ZAY aurait joué un rôle capital dans la France de l’après‑guerre ! Il est triste qu’un avenir si prometteur ait été de cette façon brisé. »

Lucie AUBRAC

2 thoughts on “Lucie AUBRAC parle de Jean ZAY

  1. Merci Michel d’avoir ainsi transmis la parole de Lucie AUBRAC. C’est tellement émouvant de lire ce récit d’un passage de sa vie et sa rencontre avec Jean ZAY. On observe comment le machisme ambiant n’est pas décelable. Lucie femme lucide et engagée ne pense pas à lutter pour les droits civiques des femmes, alors qu’elle fait la campagne électorale de Jean ZAY ! Cette situation peut être transposable en 2015 ! Le déni de sexisme et la discrimination inconsciente du système éducatif et de toute la société sont toujours présents. Alors il est toujours temps de se battre pour que cela change. J’espère que le cercle Jean ZAY va continuer ses combats pour que nous construisions une société laïque en mettant au centre l’égalité des femmes et des hommes. C’est le cœur des solutions !

  2. La nouvelle présentation du Cercle Jean Zay est excellente! Bravo à ses animateurs et à Myriam.
    En cette année 2015, notre Cercle est plus que jamais d’utilité publique républicaine. Il
    cultive à Orléans un esprit de progrès qui doit prévaloir dans notre pays, contre toutes les discriminations, pour la laïcité, pour le succès du système éducatif, pour la place de la Culture. C’est la « leçon » de l’humaniste et grand ministre que fut Jean Zay.

Répondre à Michel LESSEUR Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *