Séminaire : Rêver un Festival : Cannes 1939

Posted on Posted in Cannes 1939, Conférence, Rencontre

 

Rêver un Festival : Cannes 1939

Journée de séminaire, le 20 novembre 2017

Centre International Universitaire pour la Recherche

(université d’Orléans, hôtel Dupanloup)

10h-18h

Le 1er septembre 1939, devait s’ouvrir le premier Festival international du film de Cannes. Le ministre de l’Education nationale et des Beaux-Arts, Jean Zay, a œuvré pour que cette manifestation cinématographique de grande ampleur s’impose, fer de lance d’une diplomatie du cinéma réunissant les films des « nations libres » face à la Mostra de Venise, mais également vecteur d’une politique culturelle à la française et haut lieu de la promotion touristique de la Côte d’Azur et de ses fastes. Le Festival de Cannes est d’emblée fondé sur cette alliance de l’artifice des feux et de l’art d’artifice, de la fête dans ce qu’elle peut avoir de plus joyeux et du cinéma dans ce qu’il peut représenter de plus prestigieux, le tout conduit par une main politique ferme et tolérante. Les sélections, toutes officielles et par pays (les Etats-Unis, la France, Grande-Bretagne, URSS, Tchécoslovaquie, Suède, Pays-Bas, Pologne), reflètent cet équilibre, autant que le ballet des corps diplomatiques ou le bal prévu en ouverture. Le « monde libre » tient son festival de cinéma… jusqu’à l’entrée des troupes allemandes en Pologne qui, le 1er septembre 1939, interrompt brutalement les ultimes préparatifs d’un festival mort-né.

Le Comité Jean Zay Cannes 1939 se propose de « refaire » ce premier Festival international du film qui n’eut pas lieu : que l’on montre les 30 films programmés, qu’un jury décerne ses récompenses, que les critiques soient écrites, que le bal se tienne enfin. Tel un remake – ce que les artistes nomment aujourd’hui un re-enactment. Cependant, cette renaissance doit s’accompagner de recherches et d’études sur des corpus d’archives, connus ou méconnus, sur des textes, des portraits, des films. Il s’agit d’écrire cette histoire, d’évoquer une ambiance, de retrouver des archives. Il faut restituer l’histoire de ce non-Festival afin de refonder sa mémoire.

Le Comité Jean Zay Cannes 1939 lance donc une mobilisation de la recherche en études cinématographiques, réunissant historiens, historiens du cinéma, spécialistes en analyse de films, jeunes chercheurs aussi bien que chercheurs et enseignants confirmés, afin de mettre sur pied une grande manifestation scientifique et internationale, Rêver un Festival : Cannes 1939. Ce projet de recherche se déroule en trois moments : une journée de séminaire (20 novembre 2017) en préfiguration ; un colloque sur deux jours (novembre 2018) sur les travaux alors en cours ; un congrès international sur trois jours (octobre 2019), accompagné de la publication de ses Actes, proposant de partager l’aboutissement des recherches.

 

Chercheurs participants au séminaire :

Pierre Allorant, Antoine de Baecque, Jean-Pierre Bertin-Maghit, Elodie Boin Zanchi, Alain Braun, Julie Chartier, (CF), Gaëlle Desormeaux, Rodolphe Gahéry, Francis Gendron, François Huzar, Anna Khachaturova, Morgan Lefeuvre, Olivier Loubes, Pascal Ory, Béatrice de Pastre (CNC), Geneviève Profit (AN), Zénaïde Romaneix (AN), Christel Taillibert, Hélène de Talhouët, Laurent Véray, Dimitri Vezyroglou

Programme :
Accueil à partir de 9h30 et mot de bienvenue de Pierre Allorant, Doyen de la Faculté de Droit et de Gestion d’Orléans

  • 10h : Présentation (Antoine de Baecque)
  • 10h15-11h45 : « Les archives du Festival de Cannes 1939 : archéologie et interprétation », animé par Dimitri Vezyroglou
  • 12h-13h15 : « La fabrique du Festival de Cannes 1939 », animé par Pascal Ory
  • 13h15-15h : Inauguration de l’exposition du Cercle Jean Zay Jean Zay et le festival de Cannes 1939 – commissaires : Alain Braun et Francis Gendron et pause déjeuner à l’hôtel Dupanloup.
  • 15h-16h15 : « Les sélections du Festival : choix, copies, droits et analyses », animé par Antoine de Baecque
  • 16h30-17h45 : « Histoire mondiale du Festival 1939 : replacer Cannes sur la carte cinématographique et diplomatique du monde », animé par Laurent Véray